L'affaire de Vergt-de-Biron et Lacapelle-Biron

Publié le par resistancefumelois

L'abominable calvaire d'un français, récit entre tous dramatique. Cette histoire est citée comme épisode, car bien d'autres, en Agenais, furent, en cette journée du 21 mai 1944, les frères de malheur de Jean Abouly, au cours de la grande rafle qui ensanglanta Vergt-de-Biron, Lacapelle-Biron, Gavaudan, Salles, Fumel, Monsempron, Mantagnac-sur-Lède, Frayssinet-le-Gélat.

Carte

 

Dans la nuit du 20 au 21 mai 1944, à minuit, l'alerte était donnée aux unités de la Division S.S. "Der Führer", cantonnées en Tarn-et-Garonne, à Caussade et Montauban. Branle-bas de combat ! Brefs commandements. Les colonnes légères s'élancent, au grondement des moteurs. Vers le nord-ouest, une vaste opération d'ensemble contre le Maquis est engagée sur un front allant de Villeneuve-sur-Lot à Freyssinet-le-Gélat (environ 50 kilomètres).
Parmi les nombreux et sanglants épisodes de cette mémorable journée, seuls les incidents dont les communes de Dévillac, Vergt-de-Biron et Lacapelle-Biron furent le théâtre seront évoqués.


A la pointe du jour, les Allemands sont arrivés à Vergt-de-Biron.

Longue théorie de camions chargés d'hommes en armes, de voitures de tourisme portant les officiers et de chenillettes.

Le tertre élevé de Vergt-de-Biron, plutôt hameau que village, sur la frontière du Lot-et-Garonne et de la Dordogne, avec son église à flèche élancée, son école et ses trois maisons, sera le quartier général des Allemands, face au château historique de Lacapelle-Biron et à la forêt touffue, recouvrant de son manteau vert sombre les coteaux environnants.

Des 6 heures, heure allemande (4 heures solaire), les Allemands occupent le village.

Tous les hommes de la commune et du voisinage sont arrêtés revolver au poing et amenés, selon l'habitude des S.S. - environ 70 personnes - dans l'église.

 

Eglise de Vergt-de-BironL'église de Vergt-de-Biron

 

Aussi à Dévillac, village voisin, liste en main, les Allemands sont venus arrêter Abouly Jean, propriétaire-agriculteur, au lieu dit "Freysses".

L'arrestation a lieu "en force".

Les Allemands font feu sur Abouly, placé face au mur du poulailler, simple simulacre, mais terrassé par l'émotion, le malheureux tombe en syncope. Son calvaire ne fait cependant que commencer.

Arrêté ainsi que sa femme et un réfractaire, Jacques Bouvier, pseudo-domestique agricole, les trois personnes sont aussitôt conduites à Vergt-de-Biron, à 3 kilomètres, pour être interrogées sur les dépôts d'armes recherchés par les Allemands.

Mais, au domicile d'Abouly, c'est, en même temps, le pillage.

Les soldats enlèvent :

- tout le linge ;
- les bijoux ;
- les provisions ;
- la vaisselle ;
- les vêtements ;
- trois bicyclettes ;
- une truie.

A Vergt-de-Biron, la scène de torture commence. Abouly est pendu par les pieds a l'aide d'une énorme corde sous le hangar des époux Campedel.

Un officier S.S. grand, blond, coiffé d'une casquette - un lieutenant, il a deux étoiles d'argent sur la patte d'épaulette - dirige le supplice.

Cet homme est jeune, racé, élégant, montre-bracelet avec gourmette en or, monocle, strictement ganté, bottes vernies.

Sous ses ordres et en sa présence, à tour de rôle, les soldats ayant, pour être plus agiles, quitté leur vareuse, armés de pieux de châtaignier, frappent à coups redoublés Abouly qui hurle si fort qu'à plus de trois cents mètres, des voisins effrayés entendent ses cris.

Les tortionnaires sont plus de cinquante. Vraie meute hurlante faisant effroyable vacarme pour couvrir, par leurs hurlements, les plaintes d'Abouly.

Ce dernier lance enfin l'appel des désespoirs suprêmes :
"Mamaï, Mamaï (Maman ! Maman !) dans ce patois languedocien, sa langue habituelle.


L'un des soldats l'atteint alors au visage. Le sang gicle. A ce moment une sorte de délire, de folie collective s'empare des soldats. Cette vue du sang les déchaîne. Ils dansent, sautent, applaudissent, tandis que de plus en plus faiblement les cris de la victime se font entendre.

C'est, en vérité, la danse du scalp, horreur difficilement concevable pour nous. Vision d'horreur, vision dantesque.

 

 

*

 

*

 

*

 

La dame Fleurat Crésa, restauratrice à Vergt-de-Biron, a vu Abouly, pendu tout nu par un pied sous le hangar et les soldats allemands le frapper à coups de barre et de maillet durant toute la journée jusqu'à ce qu'il fût comme mort. Elle a vu aussi les soldats allemands danser et applaudir autour du supplicié.

La dame Campedel Gabrielle a été aussi témoin du martyr d'Abouly.

Cet horrible supplice cesse enfin lorsque Abouly n'est plus qu'une chose inerte. Abouly défaille, mais il ne parlera pas. Il mourra en héros, sans avoir "donné" les secrets du maquis.

Le témoin Boissière Antoine, sexagénaire, amené par un soldat allemand de l'église à sa maison voisine, aperçoit la scène.

Voyant Boissière, l'officier, rendu furieux par la présence de ce témoin, se précipita sur lui aux cris de : "R'aus ! R'aus !" et le repousse au large.

Abouly, sans force, quasi-inanimé, est étendu sur le siège d'un camion. Il s'effondre. On le couche alors sur le capot d'une chenillette. Sa figure est gluante de sang. Il est inerte.
Les soldats le couvrent d'une bâche.


La rafle est terminée. Soixante-dix otages arrêtés et enfermés dans l'église sont chargés sur les camions allemands et emmenés de Vergt-de-Biron à Agen.

Abouly, agonisant, est jeté sur l'un des camions à côté de la truie volée chez lui par les pillards. La bête, sur le point de mettre bas, se libère de sa progéniture sur le mourant et le couvre de ses déjections, étouffant ses derniers râles.

Vision d'épouvante dans ce camion où sont entassés les otages impuissants à venir en aide à leur camarade de malheur, gardés par deux S.S., torse nu revolver au poing. X..., un israélite, a raconte l'agonie d'Abouly, ayant pu sauter ensuite du camion en marche, profitant d'un moment d'inattention de ses gardiens en glissant hors des "ranches" au risque de se rompre les os. Ce rescapé des événements a raconté à des tiers les atrocités dont il avait été le témoin et le miraculeux rescapé. (Témoignage de M. Breil, rue Sainte-Catherine, à Villeneuve-sur-Lot).

Il n'a pas été possible, malgré nos recherches minutieuses, de découvrir le corps d'Abouly abandonné par les Allemands en un point ignoré.

Le lendemain, sa femme et les autres personnes arrêtées étaient conduites à Agen, puis interrogées par la Gestapo et torturées.
 
Vergt-de-Biron

Le mardi, 23 mai, les soldats allemands revenaient pour la deuxième fois chez Abouly à Dévillac et continuaient le pillage de la maison.

 

Ils emportaient un jambon, des mouchoirs, 50 litres de vin blanc, une barrique de vin rouge, 15 dindonneaux, neuf vaches, trois veaux, les roues d'une automobile. Le préjudice dépassait à l'époque le demi-million.

 

Enfin, le 26 mai, les Allemands allaient pour la troisième fois, avec persévérance et acharnement encore à Freysse, chez Abouly.

Ils abattaient sauvagement, sur la route, à proximité de la maison Abouly, le jeune Domingie Yvan, 23 ans, qui revenait en automobile du village voisin, Le Laussou, chercher du pain pour sa famille. Exécution sans sommation.

Ce meurtre sans excuse clôturait les exploits des S.S. dans cette région.

L'un des auteurs responsables des événements, tortures et arrestations des autres personnes du voisinage, est connu. Il s'agit d'un sous-officier affecté au service de la Gestapo à Agen.

L'officier responsable de l'opération de Dévillac (Lot-et-Garonne) et Vergt-de-Biron (Dordogne) est un commandant du régiment "Das Reich". Cela résulte des déclarations d'un soldat, alsacien d'origine, recueillies le 10 janvier 1945.

Ce soldat s'est exprimé en ces termes : "Vers la fin de mai, nous sommes allés dans la commune de Vergt-de-Biron où des maquisards avaient été signalés à la Gestapo d'Agen.
Des membres allemands de ce service participaient d'ailleurs à cette expédition.



ABOULY, de DevillacL'église où furent enfermés les otages.
En médaillon : ABOULY, de Dévillac dont le calvaire est relaté ici.

 

Un commandant était à la tête de cette opération. C'est lui, accompagné de ses officiers et sous-officiers, qui effectua la perquisition dans une ferme (ferme Abouly) qu'ils pillèrent et d'où ils emportèrent toutes les provisions ainsi que le bétail."

"Ils arrêtèrent le père et le fils (le soldat se trompe : ils arrêtèrent Abouly, le fermier, marié, sans enfants, et son apparent domestique, le jeune Jacques Bouvier, réfractaire du S.T.O. caché chez lui, comme domestique) les pendirent par les mains à une poutre d'un hangar à tour de rôle, où ils les frappèrent de toutes leurs forces jusqu'à ce qu'ils aient indiqué le lieu où étaient cachées les munitions de ce groupe de résistance. (Ceci est faux. Abouly n'a pas parlé.) Le père (Abouly) est mort des suites des coups qu'il avait reçus. Je ne sais pas ce qui fut fait du fils (Jacques Bouvier, le pseudo-domestique fut déporté) et ils emmenèrent également la mère.

"Pendant qu'ils effectuaient leur "travail", ils avaient fait mettre tous les soldats alsaciens derrière la ferme gardés par un gradé allemand afin qu'ils ne puissent voir."

Un lieutenant non identifié avait annoncé que, si le dépôt d'armes dont les Allemands avaient connaissance par dénonciation n'était pas découvert, les soixante-dix otages enfermés à Vergt-de-Biron seraient fusillés.

De justesse, les habitants de ce village risquèrent donc un même destin que celui qui fut fatal à la population d'Oradour-sur-Glane.

D'autant que le commandant devait, par la suite, commander l'horrible massacre d'Oradour-sur-Glane, donnant ainsi sa mesure.

 

Monument aux Morts de DévillacMonument aux Morts de Dévillac.

 

*

 

*

 

*

 

Le même jour, le coquet village de Lacapelle-Biron, voisin de celui de Vergt-de-Biron, devait payer lui aussi, son tribut à la sauvagerie allemande.

M. Souchal, qui fut déporté, maire actuel* (*lors de la rédaction de ce document, note du webmestre) de Lacapelle-Biron, nous a donné un récit de "la chasse à l'homme" à laquelle se livrèrent, dans cette commune, les Allemands.

"A Lacapelle, une souricière avait été mise en place, à chaque entrée du village.
"A 18 heures, les hommes furent ramenés sur la place.
A 18 h. 45, ils montèrent sur des camions. La colonne, escortée des S.S., fit route en direction de "Majoulassy", à l'Hôtel des Roches, de Gavaudun, où elle arriva à 18 h. 30.

"Là, d'autres prisonniers furent joints à la colonne. Toute personne circulant sur les routes environnantes était, en effet, arrêtée dans la région de Lacapelle-Biron. Des paysans travaillant dans leurs champs, comme Zamora, de Gavaudun, furent appréhendés. Un mutilé de la guerre de 1914, Laparre Oswald, veut avoir des nouvelles de son fils arrêté. Il est parqué et déporté. Dans Hôtel des Roches, se trouvaient plusieurs officiers S.S. dont l'un circulait dans une traction avant, en compagnie d'une femme blonde "la Hupcher", agent de la Gestapo. De "Majoulassy" repartit, après une attente de une heure et demie, la colonne complète, formée de 118 prisonniers. Les nouveaux venaient de Dévillac, de Vergt, de Gavaudun, Salles ou des communes environnantes : Fumel, Monsempron, Montagnac-sur-Lede.

"A noter que, pendant l'appel de Lacapelle et toute la journée, des brutalités furent exercées par les boches, en particulier sur un jeune motocycliste, lequel fut jeté à terre, roué de coups, piétiné, frappé de coups de crosse, etc... Au Laussou, il y eut, aussi, de nombreuses arrestations, ainsi qu'à Vergt, Gavaudun, Salles ou dans les communes environnantes.

La colonne fut enfin emmenée à Agen, Caserne Toussaint.
Là, une harangue fut adressée aux prisonniers par la femme blonde qui se trouvait dans la traction du Commandant allemand, chef de la colonne. Puis ce fut la déportation.


Parmi les 118 déportés de la rafle, 52 devaient mourir en terre allemande.

 

Lacapelle Biron
"Les boches allèrent trouver le Maire, M. Lagarrigue, âgé de 71 ans, et firent amener l'appariteur : une vieille femme de 78 ans. Après l'avoir brutalisée, ils la firent monter sur une camionnette, sous la surveillance d'un soldat allemand, et parcourir toute l'agglomération. A chaque carrefour, elle devait annoncer, au son du tambour, le rassemblement immédiat de tous les habitants mâles, sans exception.

"Ce rassemblement eut lieu sur la place, à l'endroit où s'élève, actuellement, le Monument. L'appel fut fait par le Maire, avec, pour contrôle, le registre de la mairie.

"Le Maire était tellement troublé qu'il appela des morts, ce qui provoqua une réflexion acerbe du Commandant S.S.

"Après l'appel, les hommes furent emmenés dans une prairie, sur la route de Gavaudun, gardés a vue, comme sur la place, par des boches armés de mitrailleuses. Ils restèrent là toute la journée sans ravitaillement. Dans l'après-midi, quelques rares femmes eurent, quand même, la permission d'apporter des vivres et à boire aux prisonniers. 

"Soixante hommes furent ainsi rassemblés, dont le prêtre.

Dans la journée, les boches trièrent ces hommes et gardèrent ceux dont l'âge était compris entre 18 et 60 ans, soit 47. Les autres furent relâchés. Un seul s'était échappé : Domingie, de Dévillac. Il fut surpris le lendemain par une patrouille et fusillé.

 

 

*

 

*

 

*


Lacapelle-Biron - Monument aux morts 
Monument aux Morts de Lacapelle-Biron.

LISTE DES DÉPORTÉS DE LACAPELLE-BIRON
ARRÊTÉS LE 21 MAI 1944 & DÉCÉDÉS EN DÉPORTATION

01. ABMED Mustapha
0
2. ADMAR Ben Mohamed, (décédé depuis)
0
3. AUGÈRE Fernand
0
4. AMADIEU Raymond
0
5. AUTHIER Jean
0
6. AUGIÉ Abel
0
7. BARRAS Arthur.
0
8. BÉZARD Léon
0
9. BROUSSE Jean
10. BUGIER René-Paul
11. CAUMIÈRES Raymond
12. CAZAL Émilien
13. CASTANET Alfred, (décédé depuis)
14. CAMPEDEL Antoine
15. CHRÉTIEN Claude, (décédé depuis)
16. COMBROUZE André
17. DEJOUY Georges
18. DELAYRE Hubert
19. DELAYRE Louis
20. DELPIT Amédée
21. DELORENZI Auguste
22. FAVARETTO Pierre
23. FAVARETTO Emilio
24. FAVARETTO Ernest
25. FAGEOL Roger
26. GENESTE Pierre
27. GARDET Elie, (décédé depuis)
28. JUGE Pierre
29. JAMBOU Roland

30. LAFABRIE Roger
31. LAGARRIGUE Jean
32. LAPARRE Oswald
33. LAPARRE Claude
34. LASALLE Alexandre
35. MÉRIGNAC Eloi
36. MARCENAT Léopold
37. MOREAU
38. MARMIÉ Raoul
39. MIQUEL François
40. PEBEYRE Pierre
41. PARAGOT Charles
42. PORTES Paul
43. RABOT Jean
44. RIGAL Gaston
45. SÉROUGNE Yvan
46. SÉROUGNE Raymond
47. SÉROUGNE Jean
48. TOURRET Pierre
49. TREMBLAY Jacques
50. WITKOWSKI Bernard
51. ZAMORA François
52. ZOMER Auguste.

Fusillés

ABOULY Ernest
DOMINGIE Yvan


LISTE DES DÉPORTÉS DE LACAPELLE-BIRON
ARRÊTÉS LE 21 MAI 1944 & RAPATRIÉS

01. ALBAGNAC Gilbert
0
2. ASTOUL Louis
0
3. AUSTRUY
0
4. AZNAR François
0
5. BALES Etienne
0
6. BARAS Léopold
0
7. BARAS Louis
0
8. BAR]OU André
0
9. BAYOU Robert
10. BONFILS Jean
11. BORGE Alexis
12. BORD Roger
13. BOULLÉ Noël
14. BUGIER Louis
15. BULIT André
16. CHATEAURENAUT Jean
17. CHRÉTIEN Hubert
18. CHOPART Roland
19. CAMINADE Jean
20. CAMPEDEL Mario
21. CASTANET Paul
22. CASTRO Bénigno
23. CHAIGNEAU Similien
24. COMITTI Antoine
25. COSSE Raymond
26. DANÉ Roger
27. DA SOUZA André
28. DURAND Georges
29. DELBALAT Camille
30. GASPARINI Raymond
31. IMBERNON Pedro
32. JACOB Claude
33. LACOMBE Edouard

34. LACROIX Maurice
35. LAFABRIE Gilbert
36. LECLERCQ Louis
37. LEYGUES Lucien
38. MARTIN Louis
39. MARTY Paul
40. MERDINGER Bernard
41. PARREIL Etienne
42. PARREIL Jean
43. PÉRIÉ André
44. PENCHE Antoine
45. PEREIRA Accasio
46. PERICOLI Jean
47. PICHET André
48. PIZZOL Dominique
49. POUJADE Jean
50. POURCHOT Raymond
51. POURCHOT Jean
52. RAUST Pierre
53. REGNERIE Pierre
54. ROUX René
55. SAIGNE Léonce
56. SALVANT Félix
57. SEQUEIRA Joachim
58. SOUCHAL Roger
59. SOUILLAC Jean
60. SOUILLÉ Gabriel
61. SOUILLÉ Roland
62. VAUDOIS
63. VAZELLE Emilien
64. VOLLAUD Alfred
65. VENTALOU
66. VORONIAK Jean


LISTE DES FUSILLÉS
Nérac

ABITCOUL Charles
CAPDEVILLE Eugène
CAPOT Walter
DEGLAVE Charles
DEVIC Louis
DULOIN Raymond
DUTOUR Jean
FAUBERT Robert
GIACHELLO Pierre
DROUILLET André

DALIA Navaro
GRÈNE Joseph
KREPPER Léon
LABROUILLE Denis
LATOUR Franck
POCICELSKY Boin
SAUBESTIS Jean
SCIERS Charles
THOMAS Michel

ARRONDISSEMENT DE VILLENEUVE-SUR-LOT
CANTON DE CANCON

Casseneuil

LOUBIÈRES André

Castelnaud de Grattecambe

GRABIER André

CANTON DE FUMEL

Fumel

BOIZARD Charles
DENUEL Pierre
FOURMENT Roger
MUSQUI Elisée
REDOULÈS Guy
SCHAEFFER Claude
TORIKIAN Jean
TROUGNAC Robert
VALADIE Marcel
WEISMANN

CANTON DE MONFLANQUIN

Monflanquin

CHAMPAGNE José
CLARI Jean-Etienne
LÉVY François

Blanquefort-sur-Briolance

BARMIER Georges
STREBLER Eugène

CANTON DE VILLENEUVE-SUR-LOT

Villeneuve-sur-Lot

AUZIAS Henri
AULAGNE Louis
BRUN Roger
BERNARD Fernand
BARJOU Robert
BEREAU Albert
CHAUVET Jean-Louis
CHASTANET Serge
CALVAING Louis
FERRAND Pierre
GUIRAL Louis
LAURIE Jacques
MARQUI Alexandre
MOLINIÉ Origène
PELOUZE Gabriel
POUZET Jean
STERN Joseph
SERVETO Bertrand
SEROT Bernard
SARVISE Félicien
TAUREL Jacques
VIGNE Jean

CANTON DE STE-LIVRADE-SUR-LOT

Sainte-Livrade-sur-Lot

GOME Adro

CANTON DE PENNE-D'AGENAIS

Dausse

FOURNIÉ Pierre
GOTLIIN Maurice
TESTUT

Penne-d'Agenais

GRUMBLAT Abraham

Trémons

MALARDEAU Henri

Trentels-Ladignac

ITEN Jean
BODES Henri
SEGUIN Georges

CANTON DE VILLEREAL

Dévillac

ABOULY Ernest
DOMENGIE Yvan

Rayet

CAMINADE Raoul

Villeréal

ANGELY Fernand
ANGELY Pierre
GOLDSTEIN Nissen
ROUYRE Pierre
SERRALACK Amédée
CASSE René

CANTON DE TOURNON-D'AGENAIS

Tournon-d'Agenais

DELRIEU Jean

 

Fleurs

 

Commenter cet article

SCHAEFER 31/07/2016 23:14

Précision : c'est le Régiment "DER FÜHRER", de la 2ème Division SS ("DAS REICH") qui était présente à Vergt de Biron et à Dévillac. Il n'existait pas de Division-SS "Der Führer" ; ne pas confondre avec la 1ère Division-SS, qui s'appelait "Leibstandarte Adolf Hitler", cette dernière n'a jamais était présente dans le SO de la France, mais était stationnée près de Metz, après une avancée à Clermont-Fd et St Etienne, en juin 1940.
Le Commandant dont il est fait état dans cette article est le Sturmbannführer (= Commandant dans la Waffen-SS) Adolf DIEKMANN (18 12 1914 - 29 06 1944), qui commandait, en mai/juin 1944, le 1er Bataillon du Regiment "Der Führer".